Retour aux articles
Témoignages

4 conseils pour découvrir son profil entrepreneur

« Suis-je fait pour être entrepreneur ? » C’est la question que toute personne devrait se poser avant de créer ou reprendre une entreprise.🤔

Il n’est pas rare de ressentir, par exemple, un besoin d’indépendance face à un manager tyrannique ou à des objectifs irréalistes. Cela ne signifie pas que nous sommes prêts pour la création d’entreprise.

Vous connaissez le dicton : L’herbe est toujours plus verte ailleurs. Il s’applique aussi pour entrepreneuriat. Nous pouvons penser qu’en quittant notre statut de salarié nous serons plus heureux. Ou alors, nous gagnerons plus. Ou, nous serons plus indépendants. Ce n’est pas faux.

L’herbe est toujours plus verte ailleurs

Mais est-ce le bon moment pour le faire ? Demandons-nous : suis-je prêt aux sacrifices nécessaires pour réussir mon entreprenariat ? Et surtout, ai-je défini une offre de produits et services qui correspond à un véritable besoin du marché ? Ai-je éprouvé la viabilité de mon projet entrepreneurial ? Comment est-ce je souhaite me faire connaître ?

#1 Dresser son profil entrepreneur

Les médias nous ont assommés de messages sur l’entreprenariat. Ils nous parlent d’entreprendre comme s’il s’agissait d’une solution miracle. À les entendre, tout le monde pourrait se mettre à son compte ou créer son entreprise.

expert

Dans la réalité, ce n’est pas si simple.

Nous devons nous rendre à l’évidence. Il y a des tempéraments plus enclins que d’autres à être chef.fe d’entreprise. Il ne s’agit pas d’encourager une sorte d’élitisme : c’est un fait.

Pour monter son entreprise, mieux vaut avoir un mental d’acier et des reins solides.

Faisons une introspection et considérons toutes les facettes de notre personnalité. Savons-nous nous adapter aux imprévus ? Quelle est notre attitude face au stress ? Sur ce point, je vous renvoie aux travaux de Taibi Kahler.

#2 Réaliser une introspection

Sommes-nous prêts à risquer des nuits et des week-ends entiers à travailler comme chef.fe d’entreprise ? Sommes-nous prêts à sacrifier notre vie sociale et parfois même notre famille ? Il nous faut répondre à toutes ces questions avant de créer, reprendre une entreprise ou se déclarer en auto-entrepreneur.

Si nous pouvons y répondre par l’affirmative, continuons. Avons-nous un business model viable ? Avons-nous fait une étude de marché ? Notre business plan annonce-t-il des revenus suffisants ?

Car, soyons réaliste ! Si nous pouvons être indépendant et épanoui, il nous faudra tout de même manger tous les jours et avoir un toit au-dessus de notre tête.

Alors, oui ! Notre entreprise ou nos missions doivent être rentables et nous rapporter financièrement.

Nous ne sommes pas Google, Amazon, Facebook ou Apple. Notre bilan ne peut pas être au rouge plusieurs mois sans que la banque nous rappelle à l’ordre.

L’ entrepreneuriat nécessite de la patience, des ressources… et du réseau. N’est pas entrepreneur qui veut !

Alors, avant de se lancer, prenons le temps. Posons-nous les bonnes questions. Des quizz d’auto-évaluation existent sur les sites de la CCI, la chambre de commerce et d’industrie et Business Les Echos. Ne rechignons pas à faire un auto-diagnostic.

#3 Se faire accompagner

Ce qui est vrai au démarrage le sera encore davantage après une fois les statuts de l’entreprise rédigés ou sa micro-entreprise déclarée. Il est nécessaire d’avoir un accompagnement personnalisé. Ne restez pas isolé.e.

Les chambres de métiers et de commerce & d’industrie proposent des parcours pour les futurs créateurs ou repreneurs d’entreprises. Des associations proposent également des formations d’émergence de projet. C’est le cas, par exemple, de l’association Entreprendre au féminin. La formation offre aux adhérentes la possibilité de construire un projet sur la base des appétences et centre d’intérêt de chacune. En équipe de 20 personnes, elles se regroupent une fois par semaine pendant 11 semaines.

Enfin, il est possible aussi de faire un bilan de compétences pour se constituer une idée de création d’entreprise.

#4 Du bon sens et l’esprit critique

Ce qui nous a également induit en erreur, c’est la législation. Avec le statut d’auto-entrepreneur est né un mythe. Celui de penser qu’entreprendre est aussi simple que de remplir un formulaire en ligne ou de l’envoyer par La Poste. Ce n’est pas vrai. Entreprendre nécessite du temps, de la réflexion et de l’huile de coude. Avant de monter son entreprise, il faut s’asseoir et se questionner. Aucune personne sensée ne fait un gâteau sans avoir regardé ses placards et vérifié tous les ingrédients de la recette. Il paraît aussi insensé de créer son entreprise sans avoir mesuré les tenants et aboutissants.

À vous de découvrir qui vous êtes et ce que vous voulez devenir.

Entreprendre, c’est bien. Bien le faire, c’est mieux, vous ne croyez pas ?

N’hésitez pas à partager votre expérience de entrepreneuriat, vos remarques ou vos commentaires.

Tania M.

Tania M.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation.En savoir plus